Une vie, un tournant !

Salut les foufous…
Béru a vécu des choses incroyables cet été 2008… non pas le fait d’avoir passé quelques jours avec Mr White… non non… quelque chose d’encore plus bizarre !!! Voici donc le récit de cette aventure intitulée :

UNE VIE, UN TOURNANT ! – Chapitre 1

Un jour ou l’autre, chacun d’entre nous croise son destin… un tournant… et mercredi 27 août 2008, jour de la saint Fernand, sur notre continent en tout cas, c’était mon tour. C’est fou, c’est lorsque vous ne vous y attendez pas, que la vie vous surprend ! Ça vous tombe dessus… comme ça… telle une merde molle d’un de ces enculés de pigeon, sur un pare brise !

Tout a commencé le jeudi 21 août à 9h36. J’ouvre ma boite mail, bave aux lèvres comme d’habitude, et là, je constate qu’un ancien pote de collège m’envoie un message sur le célèbre site « refais toi tes ex amis… ou ennemis : Copains d’avants » !

Ce site est génial… pour l’ego. En effet, tu peux régulièrement contacter des gens qui ont, un moment ou plus longtemps… ou même encore, fait partis de ton quotidien en tant qu’amis, connaissances ou collègues de travail… Un tableau appelé « liste d’amis » est prévu afin de garder tes amis dans une liste. Quotidiennement, et selon tes envies, tu peux donc contempler cette liste augmenter de façon très rapide et donc te masturber devant la quantité de noms que tu peux entasser dans ce tableau. Cela permet de te convaincre que tu es aimé, que tu n’es pas un connard et que tu as donc beaucoup d’amis ! … et ce, même si t’es un connard ! (magie magie)

Bref, impatient d’ouvrir ce message, car très heureux d’avoir un ami de plus, je fais ronfler ma souris optique… celle-ci se mouve sur son tapis, on sent tout de suite l’expérience du surf, de la précision…, je « déguste » avec joie et délectation le message de ce garnement qui me mettait régulièrement des branlées au tennis de table… Le mail se nomme « opportunité »… Le message est plus qu’énigmatique, déroutant, terriblement… fou :

… Dis-moi, j’ai découvert une opportunité très judicieuse, moi je démarre le truc et je suis mal placé pour t’en parler, si jamais tu es curieux, n’hésites pas à me le confirmer, j’ai un ami qui pourrait t’expliquer ça mieux que moi, mercredi soir 27, si tu as le temps.

Alors bien sûr, moi, petit être curieux, ce message m’interloque, me percussionne tel un accident de voiture… c’est étrange ! Drôle de message de la part d’un gars que vous n’avez pas vu depuis près de 20 ans ! Assez étonné de cette drôle de proposition, je lui renvoie donc un message :

… Pour ce qui est de l’opportunité dont tu me parles, je suppose qu’il s’agit de projet professionnel ? Ton message est un peu énigmatique, je suppose que tu peux m’en dire un petit peu plus ? 🙂
Je me pose la question de savoir pourquoi tu penses à moi, étant donné que je n’ai pas spécialement un CV qui tape à l’œil… par rapport au tien !

Ce à quoi il me répond :

… Pour l’opportunité pro, c’est un projet sans en être un (j’ai au moins 2 ou 3 projets à l’heure actuelle !!). Cette opportunité, c’est une amie qui m’a rancardé dessus ce mois-ci, donc voilà. 🙂
Quant à l’histoire du « CV »… laisse tomber, pas de CV qui tienne. En ce qui me concerne, même si j’ai un parcours un peu « hors sentiers battus », je suis autodidacte à la base. Tout ça pour dire que la motivation est plus importante que le reste. J’ai toujours fait en sorte d’être au bon endroit au bon moment et de connaître les bonnes personnes et de savoir saisir les opportunités quand elles se présentent, c’est tout. 🙂
Donc voilà, à certains moments de ma vie, des gens ont pensé à moi… Moi j’essaye à mon tour de faire de même, si j’ai l’opportunité de penser à des gens, je le fais. Après chacun décide de ce qu’il veut faire ou pas. Je propose, les autres disposent. 🙂
Essayes de trouver un moment mercredi soir, on t’expliquera ça beaucoup mieux que moi. (J’y serai aussi de toute façon)…

Étant assez curieux de nature, je décide donc de m’y rendre. Ce message m’a beaucoup touché… m’a d’ailleurs tiré une, voire deux larmes ! Quand tu penses que quelqu’un, quelque part sur terre, peut penser à toi comme ça, gratuitement, juste pour faire le bien… ton bien !… ça m’émoustille, me bouleverse… la vie n’est pas si difficile finalement… Sur le moment, j’ai pensé à une tulipe, un pétunia… un foulard rose bonbon envoûté par un parfum inconnu… ! Cela n’engage à rien après tout, me dis-je, ému… cependant deux sentiments prédominent… Soit le gars peut éventuellement me proposer un truc intéressant niveau taf… soit j’vais arriver dans un truc de fou, loufoque… ou même pourquoi pas, une secte ! … bref, le jour fatidique approche. Ma vie depuis ce message n’est plus la même. Je ne dors plus, mange et bois très peu, me gratte moins les couilles et surtout, je me ronge les ongles plus que d’accoutumé ! Une espèce de boule au ventre me fait comprendre que ma vie peut changer… vertiges !

Ce message curieux hante mon esprit ! Impossible d’en savoir plus. Mes nuits sont très agitées… je préférai de loin mes rêves roumains !! Un tas de films me traversent l’esprit… Étant donné que ce gars a récemment travaillé à Shanghai, peut être cherche t’il un terroriste pour faire péter la flamme olympique ! Peut être aussi, qu’il veut me faire poser des tracts de la LCR sur les murs de Pékin avec le portrait d’Olivier Besancenot ! Putain merde ! J’ai jamais pris un avion de ligne moi !!! Comment j’vais faire à l’aéroport !! J’vais passer pour un naze !!!… Il ne faut pas que je m’inquiète inutilement ! J’aurais tout l’temps de suivre une formation sur l’embarquement d’avion !

Le jour fatidique : j’ai rendez vous à 19h30… la journée est longue, peut être dû en partie au temps maussade… je ne suis pas bien, quelque chose va se passer… le ciel est voilé mais pourtant, il fait bon… curieux contraste en ce jour spécial…

19H !… je tourne en rond dans mon appartement, l’atmosphère est pesante, le pas est lourd, la chaussure hésitante ! Je décide de prendre une douche et de partir dans la foulée. Je ne mange pas. La pression est là, je peux la sentir, la tâter !

19h30 : départ ! C’est l’heure de ma vie ! J’enfourche ma voiture tel un foufou de circuit… j’arrive sur le lieu de rendez vous. C’est un hôtel situé dans un « cul de sac »… l’endroit est quelque peu lugubre, mais après tout, le destin ne peut il pas se cacher au coin d’un sentier, d’une flaque d’eau dont on ne peut soupçonner la profondeur ???

Je me gare sur le parking, il y a énormément de place, je peux donc prendre toute mon aise et mon temps pour me garer sur un emplacement. Je m’approche de l’entrée, deux hommes discutent et me regardent avec insistance… qui peuvent ils bien être ? Drôle d’hurluberlus… ils n’ont pas l’air d’avoir inventé la poudre de perlimpinpin… mais ne dit on pas que l’habit ne fait pas le moine ?… Je pénètre dans le hall de l’hôtel. Une bonne odeur s’échappe du restaurant (je n’ai pas mangé – ndlr)… mon ventre me fait du pied en me faisant comprendre que l’estomac se trouve dans les talons… un des homme de l’entrée s’engouffre brutalement dans l’hôtel puis vint à ma rencontre… je mets ma main dans ma poche, prêt pour l’action… je transpire, le souffle est haletant mais le regard est vif… l’homme jette un regard rapide sur ma tenue vestimentaire puis me lance avec un large sourire :

– « Vous êtes Monsieur XXXX ? » (pour des raisons de sécurité, je garderai l’anonymat de la personne concernée… même si personne ne la connaît)
– « Non »
– « Ha pardon, je suis désolé ! »
– « Aucun problème »

Comme vous pouvez le constater, l’ambiance est pesante, l’échange est dévastateur…

« Bon ben alors, il magne son cul ou quoi mon pote ? »… et comme par magie, celui ci pointe le bout de son tarbouif (nez pour les intimes)…

« Comment vas tu ?? Je suis heureux de te voir ! » me dit il… moi j’ai faim ! Bref, après quelques échanges de banalités à la mort-moi-la-bite, le genre de truc que tu dis quand t’as pas envie de parler ou quand tu sais pas quoi dire, il m’invite à le suivre… Nous approchons d’une pièce qui ressemble à une salle de réunion. De loin, j’aperçois le cul d’une meuf moulé dans une robe courte… je m’interroge !!!! J’espère qu’il ne s’agit pas là d’une partouze, d’un gang bang organisé !!!!!… En m’approchant d’avantage, j’analyse qu’il ne s’agit point de ça… de toute façon, mon interlocuteur principal sent énormément de la bouche… je pense qu’il aurait soigneusement brossé ses dents dans le cadre d’une partouze !

Je rentre à l’intérieur de la pièce… une gonzesse assise sur une chaise de type contemporain me demande : nom et prénom ainsi que l’adresse email… j’hésite… et si elle était le spam incarné ???? Je finis par lui donner timidement les infos… Mon pote me présente à diverses personnes… « Il vient de ma part, c’est mon invité » dit il… « Enchantés » disent ils en chœur… je sens comme une énergie s’emparer de mon corps… l’énergie d’une personne importante, attendue, désirée !
Apparemment, d’autres personnes sont invitées. Je prends conscience que je ne suis pas le seul dans l’élite. La poignée d’élus que nous sommes est très impatiente… nous nous asseyons, j’échange quelques mots avec mon camarade, lorsque soudain un homme prend la parole… la réunion commence… ma vie, peut enfin commencer !!!!!

UNE VIE, UN TOURNANT ! – Chapitre 2

… ou plutôt, une seconde vie allait pouvoir commencer. Je le sentais bien que cet univers dans lequel je venais d’entrer allait changer ma vie.

L’homme qui prit la parole, n’était pas seul. Ils étaient 3. Un autre homme rondouillard, voire même grassouillet, ressemblant un peu à Balladur en plus moche, scrutait la salle avec un air, il faut bien le reconnaître, légèrement abruti. A côté de lui, se tenait une femme, la quarantaine, plutôt bien golée… ou gaulée (pour les gaulois). Les plus mal élevés d’entre vous diront que pour son âge, elle était encore bonne à fourrer vu la paire de nichons et le cul plutôt bien moulé qu’elle avait. Pour les autres, moi et consorts, gentlemen avant tout, dirons que l’âge n’avait point altéré son élégance, sa grâce et ses formes…

L’homme qui avait pris la parole était lui assez grand, fringué avec un costard, une cravate, une chemise bien blanche et une bonne tête de con, genre chef d’entreprise. Parler en public n’avait pas l’air de le gêner… il était plutôt à l’aise. Avant de se présenter, une première question, pleine de promesse, fusait tel un rayon gamma du docteur David Banner :

– « Qui n’a pas de stylo ? »

La question était percutante et avait surpris l’assistance. Moi le premier d’ailleurs, ébahit, je levai la main comme quelques autres élitiens (membres de l’élite) présents. Il me tendit un stylo Bic™ noir. Pour parler un peu de l’assistance, il y avait un peu de tout… nous étions presque autant de gars que de gonzesses. Les catégories sociales semblaient toutes représentées… de la dégaine d’agriculteur (genre père Thénardier) au chef d’entreprise.

Après la distribution de stylos, chargés de symbole, l’homme repris la parole et se présenta. Il était chef d’entreprise et avait justement revendu sa boite après avoir entendu parlé puis participé au projet qui nous rassemblait tous ce soir là. Il présenta la gonzesse à ses côtés qui était en fait sa propre femme. Le 3ème larron, lui, était responsable d’une petite troupe de théâtre.

La femme prit à son tour la parole et se présenta plus longuement. En plus de s’occuper du fameux projet, elle était… guérisseuse… mais pas n’importe quelle guérisseuse, puisque là, elle utilise les fameux cristaux guérisseurs pour guérir les gens… Alors bien sûr, je vous vois déjà tous vous esclaffer comme une bande de naze en vous demandant :
– « Mais dans quoi ce niais de Béru s’est engagé ?? »
Je tiens de suite à vous rassurer, le projet en question n’a rien à voir avec tout ça ! Après tout, chacun ses profondes croyances et si ma foi, certains arrivent de nouveau à bander après s’être fait mettre des cristaux sur la queue… pourquoi pas… c’est pas nous qui payons cette connasse !!! Hein ?

Elle présenta le « Truc » ! Un silence de mort régnait dans la salle après la description de ce fameux projet ! Ce pour quoi nous nous étions tant interrogés pendant les quelques jours qui précédaient ce rassemblement qui, il faut le souligner, avait lieu au même moment dans les plus grandes villes de France !!! (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse… entres autres). Ça faisait quand même quelque chose d’avoir été invité dans un truc comme ça ! Je n’étais plus une merde bordel !!!! Surtout que ce fameux projet était très très emballant ! Ça n’avait rien d’une connerie ! Un sentiment immense de bien être m’envahissait, j’étais comme transporté dans mes rêves les plus fous !!! Je me voyais déjà, non pas en haut de l’affiche bien sûr (bien que j’étais en haut de la fiche d’inscription car j’étais un des premiers à m’être présenté), mais je m’imaginai à bord de mon bateau perso, genre Titanic mais sans moteur, la bite à l’air, fouetté par le Mistral (gagnant ?) et les grains de sel du grand large… mes femmes… pardon, ma femme, étendue sur une serviette de bain « Dora l’exploratrice », agitant son mouchoir jaune et pourpre pour saluer les dauphins et les poulpes !!! C’était tellement beau !!!! J’en avais la goutte à l’œil !!!!

La femme laissa ensuite la parole au grassouillet. Il avait bien la tchatche d’un gars qui faisait du théâtre. Toujours une pointe d’humour à la fin de chaque phrase. C’est d’ailleurs mon seul regret: de ne pas avoir noté les galéjades de ce joyeux fanfaron ! Mon dieu ! J’aurais certainement fait fureur pendant les repas de Noël et aux différents rassemblements du jeté d’aubergines au milieu des vignes avec mes amis vendangeurs ! Je vois déjà mes collègues s’esclaffer devant toutes ces blagues à tiroir ! … mais bon, après tout, respectons un peu le copyright !

Bref, l’homme, blague à part, connaissait bien son sujet. Il entra un peu plus dans les détails et présenta les différents produits de cette affaire plus que lucrative. J’avais du mal à contenir la bave qui me montait aux lèvres… Si mon pote n’avait pas autant pué de la gueule (sans déconner, c’était une horreur ! j’arrivais à sentir l’odeur alors qu’il était quand même sur la chaise d’à côté !), je l’aurais embrassé !!!! Parce que finalement, c’est à lui que je devais tout ça !
Lui, pourtant, avait l’air mal à l’aise ! Je le voyais régulièrement bouger sur sa chaise, comme pour trouver la meilleure position… à moins que ce ne soit son slip qui lui rentrait dans la raie…. nous ne le saurons jamais et je ne tenais pas à le lui demander…

La présentation touchait à sa fin. Divers tracts, DVD et prospectus nous étaient distribués… j’avais le cœur léger ! Je voyais l’avenir d’un tout autre regard: fuck le punk, le futur existait bien ! Nous étions tous invités à d’autres représentations… et la cerise sur le gâteau: un congrès à Amsterdam !!!

Je me sentais soudain investit d’une mission ! Je compris tout à coup ce qu’avait voulu dire l’oncle de Peter Parker quand il lui dit :
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités »

Cette phrase tenait tout son sens dans 3 lettres : A.C.N.
C’est ce trigramme, ce logo affiché au fond de cette salle obscure, un soir d’Août 2008, qui allait changer ma vie !

UNE VIE, UN TOURNANT ! – Chapitre 3… et fin !

… et pis en fait, ben non ! Ma vie n’a pas changé !

Ma vie, depuis ce rendez vous, est la même. Je dors, mange et bois beaucoup, me gratte autant les couilles qu’avant, et j’vais taffer avec la même flamme dans les yeux, la même étincelle, la même passion qu’auparavant.

Je n’ai pas plus de tune et je ne peux donc pas réaliser mes vieux rêves comme aller sauter dans une flaque d’eau sur une planète gazeuse comme Pluton ou Jupiter en criant comme un de ces sales gosses, m’acheter et donc m’approprier le brevet du Mr Freeze, fumer un gros cigare dans un resto friqué et traiter la serveuse de salope, me payer un gars comme dans Hostel pour le torturer, faire le blaireau dans une voiture décapotable en écoutant Lionel Richie… non… rien de tout ça !

Non, à la place, je me baladerai en barque sur le Rhône ou la Saône dans le sillage d’une péniche, les soirs d’été, lors des couchés de soleil. Et si la chance m’aborde, une sirène ressemblant à Mimie Mathy viendra plonger son regard de brochet dans mes grands yeux marrons… (j’aurais bien dis « dans mes grands yeux bleus » pour faire style romantique, mais j’ai les yeux marrons…désolé…). Je ne connaîtrai sans doute jamais les « sunlights des tropiques » mais toujours les Sundays Light (?) du Mac Do en plein mois d’août. C’est ça la life !

Cette fin est peut être brutale pour vous… vous vous attendiez sûrement à un conte rose bonbon, en imaginant que j’étais certainement devenu riche grâce à un projet à la con !! Je vous aurais arrosé avec mon fric, payé vos factures et aurait comblé le découvert de votre compte Kangourou de La Redoute… La Get 20 Set de Beauvais et de Lyon m’aurait léché les couilles… et ben non, rien de tout ça ! Vous continuerez à être des loosers, parce que vous le valez bien… Si vous voulez vraiment une fin d’histoire qui décape, qui casse tout, allez vous achetez un bouquin… après tout, le sensationnel, c’est pas mon boulot !

Pour finir, la seule chose que je vous demande de retenir de cette folle aventure tumultueuse, c’est que A.C.N. ne change pas la vie !

FIN…